Tendances de consommation : le commerce collaboratif sauvera-t-il la consommation ?

Tendances de consommation : le commerce collaboratif sauvera-t-il la consommation ?

PARTAGER
, / 7 1

 Tendances de consommation : le commerce collaboratif sauvera t il la consommation ?

La question de la consommation est un des enjeux centraux de cette période économique très difficile. En effet, il suffit de voir les stocks dans les points de vente, les promotions en cours, on ne peut que constater que la conjonction entre la crise économique et le mauvais temps impactent négativement les dépenses des ménages.

Surtout, les ménages ont déjà fortement puisé dans leur épargne afin de compenser les baisses de pouvoir d’achat, ils ne semblent plus décidés à poursuivre l’utilisation de leurs bas de laine afin de maintenir leur niveau de consommation.

Le CREDOC vient de publier, avec PAIR Conseils, une analyse de cette situation et une mise en perspective des tendances de consommation.

Pour l’institut, nulle doute, nous sommes entrés dans une consommation de la frugalité : consommer moins pour vivre mieux. Il annonce la poursuite des arbitrages en matière de consommation, à la baisse sur les postes arbitrables et les postes “dépenses plaisir”.

En effet, à la question, “est-ce que vous faites des achats sur coup de tête”, la proportion de consommateur répondant oui est à son plus bas niveau en 20 ans (48% en 2013 contre 61% en 2010).

Des comportements, tels que la consommation collaborative, connaissent de forts développements en réponse à la contraction des capacités de dépenses des ménages.

 Image1 Tendances de consommation : le commerce collaboratif sauvera t il la consommation ?

 

IPSOS vient d’ailleurs de publier, sur le phénomène du commerce collaboratif une enquête dont les principaux enseignements sont :

- Il n’y a pas un mais des profils « type » de consommateurs collaboratifs. Chaque type de pratique collaborative a un public précis : par exemple, une majorité des adhérents d’AMAP (44%) habite dans des villes de plus de 200 000 habitants et est féminine (55%). A l’inverse, les pratiquants du covoiturage sont le plus souvent des hommes (54%) et vivent en majorité dans des communes de moins de 20 000 habitants (47%).

- les motivations varient selon le type de pratique : elles sont individuelles (opportunités financières, plaisir…) pour les pratiques d’achats groupés, de vente de biens, et d’échanges / troc ; elles sont collectives (engagement sociétal, préoccupation écologique…) pour les pratiques de covoiturage et d’adhésion à une AMAP.

- Il est rare qu’un consommateur cumule plusieurs pratiques collaboratives.

pratique collaborative Tendances de consommation : le commerce collaboratif sauvera t il la consommation ?

Source : IPSOS

La nature de ces adeptes se distingue par la recherche d’échanges, la préoccupation relative à l’évolution de la société, la propension à l’expérience voir la prise de risque et le plaisir de faire durer les objets.

Surtout, pour IPSOS, ces consommateurs collaboratifs ne sont pas dans le rejet de la société de consommation actuelle : ils veulent en reprendre le contrôle et devenir « consom’acteurs ».

 

David BARTHE

Consulter le site du CREDOC

Consulter l’étude IPSOS sur le commerce collaboratif

One Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.